Madagascar Media
Santé

Combattre le trio mortel : Paludisme, Sida et Tuberculose

Relancer la lutte contre le VIH, la Tuberculose et le paludisme

Andry Rajoelina sera aux côtés d‘Emmanuel Macron les 9 et 10 octobre prochain à Lyon (France) pour l’ouverture de la 6ème conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Cette conférence nous rappelle l’importance d’une lutte sans relâche contre le trio mortel : le paludisme, le sida et la tuberculose. Elle renforce également la volonté de continuer à investir dans les recherches scientifiques et médicales nécessaires pour trouver les remèdes à ces fléaux qui font ravage dans le monde notamment en Afrique, Madagascar y compris.


Les ravages de ces virus

Les parasites, les bactéries ainsi que les virus représentent une part significative dans l’ensemble de la biodiversité décrite. Ces agents infectieux ou pathogènes sont généralement difficiles à appréhender et cela expliquerait l’absence de traitement efficace. A cause de leur petite taille, leur localisation, leur biologie et leur comportement, les observations directes de la biologie de ces pathogènes sont difficiles. Une attention considérable est actuellement investie dans le développement de vaccins protecteurs ou dans des médicaments agissant directement, selon les cas contre le paludisme, le VIH, ou les bactéries causant la tuberculose. Ces dernières années, de nombreux travaux ont été dédiés aux études de ces maladies, ainsi un nombre impressionnant de données sont actuellement disponibles. Elles couvrent l’ensemble des régions d’endémie : Afrique, Amérique du sud, Europe et Asie, et toutes les situations cliniques envisageables : portage asymptomatique, accès simple, accès grave, chez l’enfant, chez l’adulte chez la femme enceinte etc. Malheureusement, les cas de mortalité causés par ce trio maléfique ne baissent pas, c’est pourquoi il est important de reconstituer le fond mondial de lutte pour lutter contre ces maladies qui de surcroît ne cessent pas d’évoluer, de développer des résistances. On parle de course aux armements. La non maîtrise des populations de ces agents pathogènes constituent un risque sanitaire majeur par l’occurrence des épidémies mortelles à l’échelle de la planète.

Un effort mondial

Les connaissances précises et approfondies des populations de ces agents pathogènes sont, par conséquent, d’une grande importance pour garantir le succès des luttes contre le VIH la tuberculose et le paludisme. Les recherches nécessiteront d’être poursuivies, améliorées et complétées. De nombreux malgaches sont impliqués dans les structures de recherche locales ou dans des universités étrangères. A l’heure où un grand nombre d’appels d’offres internationaux sont ouverts pour lutter contre ces maladies, où l’on semble vouloir mettre à la disposition des programmes de lutte contre ce trio mortel les moyens financiers nécessaire, nous nous dévons d’émettre le souhait pour que les traitements existants actuels soient accessibles gratuitement ou partiellement pris en charge pour soigner les Malgaches victimes de ces maladies. Il est dans l’intérêt de tous, de fournir un effort mondial pour contrôler ce trio mortel, pour éviter leur résurgence. Il nous est important ici de rappeler le « Millenium déclaration » qui apporta l’adoption du « First Millenium Development Goals[1] » : combattre le trio mortel, lutter contre le SIDA, le paludisme et la tuberculose.

Fabien Gaston RAZAKANDRAINIBEEditorialiste,

[1] Sachs, Global Monitoring Goal, 2004.

newsletter

Enregistrez-vous pour recevoir les dernières publications ou vidéos de Madagascar Media

Adresse e-mail non valide
Madagascar Media s'engage à ne pas partager vos données

Rejoignez la discussion