Madagascar Media
Politique intérieure

Antananarivo voit Noir !

Les problèmes rencontrés par la JIRAMA ne datent pas du gouvernement actuel. Les délestages sont devenus monnaie courante et l’accès à l’énergie est loin de couvrir une majorité des malagasy.  Il s’agit même d’un luxe, à Madagascar, puisque seulement 15% jouissent de ce privilège. Le « limogeage » du Ministre de l’Energie, Vonjy Andriamanga, est un signal fort, lancé par la Présidence et son Premier Ministre. Cela démontre que les pouvoirs publics ont pris conscience de l’immense chantier que représente la régulation des prix de l’essence et le rôle stratégique de la société nationale d’eau et d’électricité, la JIRAMA. Désormais, il convient de rompre avec un passé trop imposant. Une capitale dans le noir, comme un dimanche 10 Novembre, n’est pas en adéquation avec un pays aspirant au développement. A Madagascar, les manquements ne doivent pas se normaliser, au contraire, il est nécessaire que cela génère de l’indignation. Les infrastructures qui offrent l’électrification remontent déjà aux années coloniales sans qu’il y ait eu une politique de développement par la présence de centrales hydrauliques, notamment. Obligeant les malagasy à s’éclairer à la bougie ou à la lampe à pétrole.



A lire aussi : L’exemple du Sénégal


D’autres pays y sont arrivés…

Le Sénégal a réussi à sortir de la débandade de son secteur énergétique en faisant du pays de la Teranga, le 8ème pays dans l’accès à l’électricité, en Afrique. La Sénélec(1), l’équivalent de la JIRAMA au Sénégal, affirmait fièrement, en 2019, que seulement 70 h de coupures ont lieu annuellement avec une réserve 200 mégawatts. Si le Sénégal est sorti de sa situation délétère dans le domaine de l’énergie, il le doit à son Président, Macky Sall qui a lancé un programme ambitieux, en 2012, basé sur le développement du solaire et la construction de plusieurs centrales afin d’augmenter la production énergétique et répondre aux besoins croissants de la population. Il faut aussi reconnaître que la politique énergétique s’inscrit inévitablement dans la durée, le Sénégal a mis 9 ans, le dernier Ministre de l’Energie de Madagascar a duré un peu plus de 9 mois.

Gregory SILENY, Editorialiste.

[1] En savoir plus sur le plan SENELEC


La rédaction vous conseille : 

→ J’aime #Tananarive, la ville des Milles

newsletter

Enregistrez-vous pour recevoir les dernières publications ou vidéos de Madagascar Media

Adresse e-mail non valide
Madagascar Media s'engage à ne pas partager vos données

Rejoignez la discussion