Nature et espaces verts en ville

Des signaux pour agir

Nous sommes tous des témoins de l’urgence climatique. La nature nous envoie des signaux pour nous alerter du dérèglement climatique de plus en plus présent dans le quotidien des Malgaches. On a eu des périodes de canicules sans précédents, des sécheresses, des incendies, et maintenant la pluie et aussi des cyclones de plus en plus dévastateurs. Serions-nous de la génération qui tournent le dos à la question écologique ? Indifférente à tel point qu’on adorerait s’auto-flageler ? Pourtant, ces signaux de la nature et les destructions de notre environnement peuvent-nous servir de sonnette d’alarme pour une meilleure prise de conscience de l’urgence climatique. Ce sont des appels à des réponses écologiques, à la fois individuelles et communautaires, des incitations à nous engager avec volontarisme dans la lutte contre le changement climatique et pour l’adoption des nouveaux comportements plus soucieux de l’environnement.

Transition écologique

Témoins de l’urgence climatique, nous pouvons apporter des solutions à notre hauteur, de là où nous sommes, dans nos communautés, nos quartiers, notre village, dans notre fokontany.

Les premiers jours du nouveau maire d’Antananarivo, après son investiture, marque et frappe les esprits par les actions impopulaires pour remettre de l’ordre dans la ville « des milles anarchies ». Nous espérons qu’il poursuive ces actions et apporte des solutions concrètes et durables, qu’il sache accompagner les habitants dans ce changement de perception, des aménagements qui vont être entrepris. Il est tout à fait possible de construire une nouvelle ville d’Antananarivo, en préservant les paysages et la biodiversité avec des nouvelles implantations de boisements en pleine ville, en créant des nouveaux espaces verts au sein des projets urbains à échelle humaine. En bref, la transition écologique de la ville d’Antananarivo fait partie des compétences du nouveau maire. Mais seul il ne pourra pas bien aller loin, ces projets écologiques urbains nécessitent la contribution de tous : des associations, des entreprises, des fokontany, de chaque personne qui habite la ville des milles qui a besoin de nouveaux petits poumons verts dans chacun de ses quartiers afin de donner en retour à sa population, non pas des inondations ou des canicules mais de l’air frais, propre et non pollué, de la biodiversité, et des douces températures.

Cette transition écologique est à notre portée et nous attends pour agir ensemble. Regardons la ville d’un nouvel œil, développons des nouvelles façons d’occuper l’espace public. Nous parlons là de la « renaturation » et la transition écologique d’Antananarivo, Monsieur le Maire,  ça doit être un des axes majeurs de votre politique de la ville.

Fabien G. RAZAKANDRAINIBE, Editorialiste.

[mo-optin-form id=2]

Reply