Madagascar Media
Santé

Quels rôles devraient jouer les gouverneurs face au covid19 à Madagascar?

Par Tohozaka SILENYEditorialiste.


Huit mois après son investiture, le Président Andry Rajoelina commençait à procéder aux nominations des onze gouverneurs, puis trois, cinq mois plus tard. Ces gouverneurs auront pour tâche d’accomplir les projets de développement d’envergure régionale conformément à la politique générale de l’État. Cette désignation constitue un caractère temporaire en vue du passage effectif au statut de collectivité territoriale décentralisée des Régions.[1] Sur le plan constitutionnel, ils assureront donc, à la place des chefs de région le développement économique et social dans leur circonscription. Mais vu la tournure mettant la grande île de l’Océan indien depuis le 20 Mars 2020 face au covid19 qui pourrait constituer une menace pour la course au développement, une question se pose sur les autres missions que doivent accomplir les gouverneurs. Pour le cas de la région Haute Matsiatra, des mesures de confinement total ont été prises dans le Fokontany d’Antamponjina, disctrict Fianarantsoa. Selon aussi son gouverneur Lova Razafindrafito le 31 mars 2020, « puisqu’il existe des cas confirmés à Fianarantsoa, des dispositions fermes et rapides doivent être prises.

Mais comme notre région ne répond pas aux critères annoncés par le Président Andry Rajoelina, nous sommes dans l’obligation de prendre des mesures simples et efficaces qui ne vont pas porter atteinte à la vie quotidienne du plus grand nombre. »[2] Quelques jours avant cela, sur demande de la population de chaque région surtout sur les réseaux sociaux, les taxi-brousses effectuant les lignes Fianarantsoa-Vatovavy Fitovinany, Fianarantsoa-Tuléar et respectivement vice-versa ne sont plus permis d’exercer leurs activités de transports publics. Or, selon les mesures d’urgence sanitaire qui ont été prises par la Présidence et le Gouvernement, il a été précisé que le confinement partiel concerne seulement la Capitale et Tamatave. Actuellement, les lignes reliant les trois régions suscitées de la Province de Fianarantsoa et de Tuléar sont rouvertes, alors que la maladie commence à soulever l’inquiétude de la population, non plus au niveau de la capitale et de la Région Atsinanana (Tamatave) mais sur le plan national. Ce qui va obliger le jeune Président et le Gouvernement Ntsay Christian à renforcer sa priorité sur la question sanitaire de la population malagasy vis-à-vis de toutes autres priorités dans l’accomplissement des promesses présidentielles de 2018. Qu’en est-il alors de la portée du pouvoir de décision des gouverneurs vis-à-vis une telle conjoncture pour ne pas s’exposer aux risques de confusion de compétence ?

Le décret n°2019-1866 relatif au gouverneur ne dispose, en effet, que des attributions de celui-ci portant sur le développement en général de sa région. Néanmoins, ils sont des autorités locales pouvant intervenir en temps réel dans sa circonscription au nom et pour le compte du pouvoir central pour résoudre une telle conjoncture. Ou peut-être que cette portée légale de pouvoir de décision est-elle faite uniquement pour les désignés jusqu’à ce que les prochains élus à l’élection régionale entrent en fonction ?

L’importance des amendements constitutionnels après le covid19

Aujourd’hui, la priorité des préoccupations du pouvoir central c’est de limiter la propagation du covid19 dans le territoire national. Il conviendrait donc d’adapter aux réalités locales des mesures politiques efficaces renforçant les plans sanitaires déjà établis par l’État. Les gouverneurs devront donc agir, quand il s’agit de décision d’envergure régionale, sous les directives du pouvoir central qui travaille de pair avec les partenaires techniques et financiers pour faire face à cette maladie. Tout en espérant Madagascar sortir vite de cette crise avec efficacité, amender les dispositions constitutionnelles serait-il de nouvelles préoccupations de l’État malagasy ? Car en premier lieu, le problème se pose il y a bien longtemps sur l’effectivité de la décentralisation. Alors que cette dernière pourrait réduire la charge de l’État devant les conjonctures nationales et éclaircir la portée du pouvoir de décision des gouverneurs régionaux. En second lieu, la population malagasy attend du jeune Président et du gouvernement l’accomplissement des promesses présidentielles, y compris la 23ème Région.

Et le cas échéant, si le covid19 va ralentir la réalisation des velirano, l’État malagasy prévoit-il d’autres solutions pour ces retards ?


[1] Art.2 de la Décision n°17-HCC/D3 du 28 novembre 2019 concernant le décret n°2019-1866 du 25 septembre 2019 relatif au Gouverneur

[2] Sur son compte facebook, posté le 31 Mars 2020 à 13h33

©Crédit photo

newsletter

Enregistrez-vous pour recevoir les dernières publications ou vidéos de Madagascar Media

Adresse e-mail non valide
Madagascar Media s'engage à ne pas partager vos données

Rejoignez la discussion