Madagascar, le pari numérique

Triomphe du numérique

Plusieurs grandes universités occidentales l’ont déjà annoncé, des grandes sociétés multinationales l’ont adopté, le passage au numérique a commencé et n’a pas tardé en surfant sur la vague meurtrière de la Covid-19. La pandémie ouvre une voie royale à la nouvelle ère numérique pour marquer le début de cette décennie. On parle du triomphe du numérique pendant et après la Covid-19. Ce changement qui s’opère à vue constitue-t-il une réelle progression pour notre société ? Quelle attitude adopter entre choisir ou subir cette nouvelle vague numérique en hégémonie comparée véritablement à un rouleau compresseur ? Comment l’utiliser pour en faire un moyen de développement durable ? Avec l’arrivée du 5G et doté de débit internet l’un des plus rapide au monde, Madagascar a tous les atouts pour réussir son pari numérique.

Un nouveau monde à concevoir

L’innovation par le numérique permettrait à un pays comme Madagascar de faire un saut de connaissances techniques majeures, la technologie numérique nous permettrait de rattraper des années de retard. Désormais il est possible et envisageable aux jeunes écoliers Malagasy dans le monde rural de ne plus parcourir des milliers de kilomètres pour venir s’assoir sur les blancs d’une école lointaine pour se frotter aux savoirs. Ce sont les connaissances qui viendront à lui. Le concept est simple mais tout est bien sûr à construire, à concevoir, à développer à la hauteur de nos ambitions. C’est tout un nouveau monde à imaginer. Le destin du pays est fondamentalement lié à celui du numérique. C’est comme une nouvelle langue que chaque enfant Malagasy devrait apprendre et à maîtriser. Comment traiter les pièges à éviter et comment bénéficier de ses prouesses. On ne peut plus penser un développement durable du pays ainsi que son évolution, et son progrès sans penser à celle du numérique.

Le numérique au service du développement

Suivant ce dernier postulat, la conception d’une nouvelle forme d’éducation, d’une nouvelle approche de la culture, de la transformation de l’apprentissage, de la transformation agro-industrielle, de l’agroforesterie, et même jusque dans la gestion de l’eau et des crises sanitaires comme la Covid-19 doivent passer par celle des numériques. L’annonce de l’arrivée du digital dans les fokontany est une innovation administrative majeure qui servira à renforcer les infrastructures étatiques. Espérons qu’elle aboutira. Car c’est effectivement de cette mutation administrative là, que le pays a besoin, bénéficier des effets du numérique aussi bien sur la population que sur la société en général. C’est exploiter la puissance du numérique au service du développement, de l’éducation, de la culture, de l’agriculture etc. En bref dans tous les secteurs sans exception.

Le pari numérique

La question se pose de savoir comment éviter les effets destructeurs du numérique, peser le pour et le contre. On réussirait le pari numérique si l’on peut en faire un outil de développement durable, s’il est possible d’orienter les politiques de développement en fonction du numérique. Ce pari serait de s’interroger, à la hauteur de nos ambitions, comment l’utiliser, se l’approprier pour l’incorporer comme moyen dans un projet sociétal, environnemental, comment le critiquer, le dénoncer sans le rejeter, autrement dit, comment énoncer ses limites. Mais par-dessus tout, pour commencer, faire le premier pas qui favoriserait le développement de Madagascar.

© Crédit photo 

[mo-optin-form id=2]

Reply