Madagascar Media
Politique intérieure

Madagascar post-Covid-19 : Anticiper, mobiliser, organiser et renforcer

Des politiques en faillite

Les mots unité, solidarité et résilience ont autant ponctué avec force la crise sanitaire. À Madagascar, ces mots devraient retrouver toute leur essence, mais ils ne suffisent plus quoique la survie de nombreuses familles en dépend. Depuis quelques semaines, les yeux étaient rivés sur les points Covid-19 quotidiens, le tableau de bord sanitaire inquiète, la situation économique est jugée catastrophique, le bilan social s’alourdit de jour en jour et resteront sans doute dans les mémoires. Chaque annonce de cas grave vient renforcer les inquiétudes des uns et des autres. Confronté à une crise sanitaire et économique sans précédent, Madagascar cherche désespérément la porte de sortie. Par manque d’anticipation dans la stratégie de lutte contre cette pandémie inattendue et à cause de la précarité des infrastructures étatiques ou encore de l’appauvrissement abyssal de la population, pourrait-on encore susciter chez chaque Malagasy de l’espoir, l’envie de changer et d’aspirer à un monde d’après, meilleur et glorieux, malgré les conséquences directes visibles et vécues actuelles de la Covid-19 ? Dans tous les cas, cette crise sanitaire change la donne, elle est en quelque sorte révélatrice, chaque jour des failles des politiques et des structures étatiques.


Faiblesse des infrastructures étatiques

Récemment, on apprenait que la distribution des aides aux plus précaires, aux plus fragiles virait au scandale suite aux détournements par des individus véreux. Cela met en lumière que le système opérationnel et étatique, au niveau des fokontany n’est pas en très bon état, un système qui se trouve dans un état fonctionnel et structurel extrêmement critique. Il faut admettre que l’infrastructure étatique au niveau des fokontany n’arrive pas à gérer la crise. On découvre dans la lutte contre la Covid-19 que les fokontany manque de moyens pour pouvoir se développer et gérer une crise de cette ampleur. Mais sans organisation et sans efficacité à sa base, l’État ne peut aller loin dans sa stratégie d’émergence malgré la meilleure des volontés ou les aides renforcées.

Anticiper, organiser, mobiliser et renforcer

Dès lors, il faudra miser sur l’anticipation, la mobilisation, l’organisation et le renforcement des toutes les structures étatiques. À condition que l’efficacité soit au rendez-vous. Faudrait-il attendre des morts, des ventres affamés supplémentaires pour réveiller l’envie de changer. Or c’est bien connu, le changement ne se décrète pas. Le changement se construit ensemble, il revient à chaque parti d’établir et co-construire le futur afin de montrer aux Malagasy et au monde entier que le système politique Malagasy qui a longtemps fait plonger le pays et son peuple dans un état de pauvreté chronique pourrait se régénérer et se montrer enfin capable et être en mesure de gérer une crise pour donner au pays sa résilience, un système de santé amélioré et un système éducatif digne de ce nom. On ne peut plus faire l’économie de regarder l’histoire en face. Il est temps de l’écrire et la co-construire pour se donner enfin les moyens d’accélérer la reconstruction du pays.

© Crédit photo 

newsletter

Enregistrez-vous pour recevoir les dernières publications ou vidéos de Madagascar Media

Adresse e-mail non valide
Madagascar Media s'engage à ne pas partager vos données

Rejoignez la discussion