Covid-19, le récit malagasy

La guerre des récits

Alors que l’Histoire du monde bascula d’une manière imprévisible avec l’apparition du Coronavirus vers fin 2019, on voit apparaître une nouvelle guerre, celle des récits. À partir de ce début d’histoire commune, comme à chaque crise, la narration va diverger d’une manière disproportionnée d’un pays à un autre. Chaque pays va raconter à sa façon son vécu et sa croyance. Tous les moyens sont bons pour faire triompher son histoire. Tout un état de choses passionnantes mais confuses qui parviennent alors à la surface des réseaux sociaux, au motif de faire du buzz, de chercher la vérité, de raconter la vérité, de faire du clash, etc.. On peut y voir dans cette nouvelle guerre des récits une révolution dans l’art de raconter notre histoire qui assimile à la fois toute une forme de désaccords, d’affirmations et d’accusations, et qui arrive à un point où le débat et les récits sont multiples, contradictoires et inintelligibles, menant jusqu’à la justification des nouvelles censures, de la naissance d’une « culture de l’interdiction autoproclamée », à l’apparition des nouvelles formes de dictature qui prend le dessus sur la raison, bien camouflée et justifiées dans l’idée : « on vous protège et on se préoccupe de votre sort ». Autant d’enjeux fondamentaux qu’il faut prendre au sérieux.

Covid-Organics ou le triomphe du naturel

Les États-Unis, la Chine ainsi que les pays Européens ont chacun leur récit quant à la Covid-19. Celui de Madagascar mérite une attention particulière. Cette pandémie a propulsé le pays à un certain moment au-devant de la scène médiatique internationale. L’arrivée rapide du Covid-Organics comme remède contre le coronavirus réveilla la fierté nationale des Malgaches. Son annonce et son lancement propulsa le pays dans les salles de rédaction des journaux du monde entier. Malgré les critiques que l’on peut y réserver, le Covid-Organics faisait le rayonnement international de Madagascar. Suscitant autant de questions que d’admiration, de critiques que de soutien. Médiapart parle d’une Nation Branding efficace. Dans ce sillage Malgache, face à un occident dubitatif et incrédule aux vertus des plantes médicinales, inspiré du modèle Malagasy, l’Afrique fait le choix d’une solution simple et naturelle, le recours aux remèdes traditionnelles améliorées à base de plantes médicinales efficaces et moins évasifs à défaut des moyens et des infrastructures modernes. Pour la première fois, Madagascar le petit pays ose défier l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a pris l’initiative avec des dirigeants africains de se réunir en visioconférence-conférence pour tracer ensemble une nouvelle voie, une réponse commune à la pandémie du Covid-19. Certains y voient une démarche indépendante des pays africains pour s’affranchir du carcan de l’OMS ainsi que de ses lobbies influents. Madagascar ainsi que quelques pays africains ont fait appel à l’audace et la solidarité des leaders africains pour aboutir à la mise en place d’une coordination et une harmonisation d’un plan sanitaire ambitieux que l’on souhaite prendre place dans toute la région africaine. L’Afrique suivra-t-elle aussi les États-Unis de quitter l’OMS ? L’avenir nous le dira.

Nous avons gagné la guerre 

Mais le meilleur reste à venir, car de cette pandémie de la Covid-19, Madagascar retrouve l’ambition de produire ses propres médicaments et fait ses premiers pas en relançant son industrie pharmaceutique, 11 mois seulement après l’apparition du Coronavirus « Pharmalagasy » est considéré comme un appel pour les autres pays africains à se réveiller. Madagascar se positionne comme leader dans la fabrication des médicaments à base de plantes mais aussi dans la promotion de la médecine traditionnelle, une niche prometteuse pour le marché pharmaceutique africain. Et l’histoire ne s’arrête pas là, Madagascar continue à surprendre, Rajoelina annonce le 18 octobre la fin de l’État d’urgence sanitaire, une nouvelle en contraste total avec ce qui se passe ailleurs, notamment en Europe avec le reconfinement, le confinement nocturne ou le couvre-feu sans parler de l’aggravation de la Covid-19. 7 millions de doses Covid-Organics distribuées gratuitement à travers l’île ont permis à Madagascar de gagner la guerre. Oui, « Nous avons gagné la guerre ! » annonça le Président Rajoelina, mais cette nouvelle suffira-t-il à convaincre les autres pays à suivre et écouter le récit Malgache ou attendront-ils le vaccin miracle qui ne viendra au plus tôt que vers fin 2021 ?

[mo-optin-form id=2]

Reply