Madagascar Media
Culture

Qui est le Père Pedro ?

En cette année 2020, Madagascar Media souhaite mettre en lumière un des hommes de l’année 2019, le père Pedro Opeka. Dans un pays majoritairement chrétien comme Madagascar, la présence et l’œuvre du Père Pedro est une bénédiction. L’œuvre Humanitaire Akamasoa a fêté cette année ses 30 ans d’existence, avec plus de 500 000 malagasy qui ont bénéficié des aides sur le plan du logement et du travail pour sortir de la pauvreté. Une ville construite sur une décharge qui, à la fin des années 80, avait offusqué le Père Pedro, témoin d’une pauvreté sans nom, tant il fut attristé et abasourdi, et qu’il ne cesse aujourd’hui de témoigner lorsqu’on l’interroge sur les origines et les motivations de ce projet lors d’interviews données aux 4 coins du monde.


La réussite de l’action humanitaire et sociale d’Akamasoa est l’illustration que la volonté politique rend possible même les défis les plus grands et inabordables de prime abord. Aujourd’hui, Akamasoa est composé de 3500 logements pouvant accueillir jusqu’à 30 000 personnes. Ce que les malgaches savent moins, chaque année, maintenant depuis 5 ans, le nom du Père Pedro est cité parmi les candidats en lice pour le prix Nobel de la paix.  Une marque de reconnaissance qui dépasse les frontières de la seule Grande île. En attendant cette distinction internationale, le Père Pedro a été élevé, le 29 septembre 2019, par le Président de la République Andry Rajoelina, au rang de Grand-Croix de deuxième classe.

Si le Père Pedro était malagasy, il y a fort à penser qu’il aurait été poussé par la population pour tenter de prendre les commandes du pays. Aucune velléité politique de sa part mais il est prêt à soutenir les dirigeants dès lors qu’il y voit un espoir comme il l’a fait dernièrement avec Andry Rajoelina. Le Père Pedro est à lui seul la synthèse de Madagascar, homme de Dieu, chaleureux et accueillant, parfait ambassadeur et brillant dans son entreprise sociale, sans équivalent. En nous arrêtant sur un homme connu de tous, le message est de dire à tout à chacun d’aller combattre toutes les indignations quotidiennes auxquelles nous sommes témoins et parfois démunis.

Les dénoncer est à la portée de tous, les inscrire dans un projet effectif est un développement du pays pour tous. 2020 doit être non plus l’année du Père Pedro mais la naissance de milliers de Père Pedro, un propos nous rappelant Thomas Sankara qui déconstruisait le culte de personnalité:

« Tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront ».

Merci mon Père !

Gregory SILENY, Editorialiste.

En savoir plus :

©photo : Le Figaro

newsletter

Enregistrez-vous pour recevoir les dernières publications ou vidéos de Madagascar Media

Adresse e-mail non valide
Madagascar Media s'engage à ne pas partager vos données

Rejoignez la discussion