Madagascar : Les politiques gangrènent la vie des Malgaches

Les politiques gangrènent la vie des Malagasy

« Rien ne va plus ; tout va bien » ! Voilà l’état schizophrénique que vit actuellement le pays. Il y a eu vraisemblablement une coupure du « vivre ensemble » à Madagascar. Les politiques, tous confondus, ont contribué fortement et renforcé l’émergence d’une société binaire. D’un côté les sympathisants et de l’autre côté les opposants, et les deux agissent comme des fanatiques, se regardant en chiens de faïence, avec les impacts de ralentissement du développement et le désordre social dans le quotidien des Malagasy. Tout cela plonge le pays dans un affolement général et cyclique et empêche toute tentative de fondation d’un développement durable. Comment alors sortir de cette schizonévrose politique qui gangrène la vie des Malagasy ?

S’ouvrir à des approches politiques nouvelles

L’issu du développement du pays dépend fortement des politiques qui gouvernent. Puisqu’on ne peut pas s’en passer, il conviendrait d’interpeller et d’appeler à une meilleure pratique politique. Les politiques Malgache devraient faire l’effort et avoir le discernement sur l’importance de la continuité de l’État. C’est l’une des missions primordiales de toute personne qui souhaiterait se mettre au service de l’intérêt général. Continuer, renforcer et poursuivre ce qui allait bien. Après 60 ans d’indépendance, il est temps d’analyser et de réviser la manière des Malgaches de faire de la politique. C’est à la fois se lancer dans une analyse avec un regard critique et constructif, avec un subtil éclairage empirique, mais aussi apporter une conception scientifique de l’histoire politique nationale et internationale du pays pour s’ouvrir à des approches politiques nouvelles. C’est la capacité de toutes les forces vives du pays à mener ensemble un dialogue constructif dans le contexte de multiples crises que le pays subit de plein fouet, que le pays pourrait trouver l’issue de secours et sortir de cette schizonévrose politique et pour faire advenir les nouvelles réalités politiques, économiques et sociétales de demain.

Reply