Résister dans la joie : une nouvelle philosophie de résilience

Résister, est une invitation à ne pas céder, mais à quoi ? Et pourquoi dans la joie ? Aux yeux d’une philosophie de résilience, la résistance joyeuse est avant tout considérée comme une approche intrinsèquement et mutuellement pacifique et solidaire, car la joie dans son essence se partage et se propage. Mais il faudrait l’activer. Or la pandémie que nous sommes en train de traverser a fracturé beaucoup de liens sociaux et mis en évidence la nécessité de bâtir une société à venir, plus résiliente, plus solidaire et fortement durable. Résister implique donc qu’il ne faudrait plus que la résilience ne soit cantonnée qu’à une idée à la mode, mais l’ancrer véritablement dans notre façon de vivre, dans la joie, dans une dimension humaine et solidaire, avec une forte notion de prendre soin de l’autre, partager, protéger et compatir. 

Résister dans la joie se rapporte à soi-même, puis se transmet et se partage aux autres, à travers des moments partagés et conviviaux, des désirs, des passions et des émotions à vivre autrement, hors des canaux devenus inaccessibles pour certains. Il nous faudrait donc réinventer le rapport à soi-même mais aussi le rapport à l’autre. Une façon de vivre plus raisonnable et plus authentique pour faire face à la folie et la fuite en avant d’une société en proie aux fétichismes idéologiques, où l’argent devient malheureusement la boussole et l’instrument politique incontournables. 

Comment s’opère alors le passage d’une société anxieuse et fracturée à une société unie et résistante, et où trouver et puiser la joie ? En d’autres termes, comment imaginer une nouvelle philosophie de résilience joyeuse ? comment créer des nouveaux rapports plus humains et arrêter de s’accuser réciproquement ? Comment retrouver la réalisation de soi-même chez l’autre ? Évoquer toutes ces questions a pour but de ne pas alimenter le débat ambiant d’une société fracturée mais d’y mettre un terme. Faisons de cette pandémie une forme d’apprentissage, à la recherche d’une humanité authentique et libre. 

Reply