Procédure de divorce : Business, éthique et tendance ?

Une start-up a été créée en février 2021 par Clara Deleuze, avec l’aide d’avocats pour la mise en place d’une plateforme visant à faciliter la procédure de divorce. Une initiative qui s’appuie notamment par la souplesse juridique déjà appliquée depuis le 1er janvier 2017 en France, qui donne la possibilité aux ex-conjoints de procéder à un divorce par consentement mutuel ce qui dispense d’un passage devant le juge.

Objectivement, l’instigatrice de ce projet a flairé le bon coup, avec incontestablement une simplification de la démarche, un rapprochement des acteurs et vient aussi déconstruire toute forme d’animosité souvent relative à la négociation et/ou au ressentiment qui resurgit dans une procédure, loin de procurer des réjouissances. La simplification participe indéniablement à une évolution de la démarche, manifestement.

Toutefois, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous interroger sur la notion de responsabilité, d’éthique et d’engagement vis-à-vis de notre société avec le positionnement entrepreneurial sur un tel marché, synonyme d’une relative perdition des valeurs.

Le divorce, un business rentable

En parlant de simplification de la démarche, cela renvoie l’idée que le divorce pourrait se faire en quelques clics, une émanation du PACS, dirons-nous…

À l’heure, où l’éthique prédomine par le biais d’une économie responsable, d’une prise de conscience inhérente au respect de l’environnement, aussi la lutte accrue contre toutes formes de discriminations dont le sexisme, il semblerait que cela soit au détriment de principes et valeurs intemporels a priori comme le mariage, pourtant synonyme d’engagement, de fidélité, de respect et de projet mutuel. Le questionnement paraît désuet, lorsque fleurissent des sites comme Gleeden faisant la promotion de la relation extra-conjugale !

Pourtant, ces valeurs associées au mariage sont transposables aussi bien à une société, une entreprise ; que ce soit pour la notion de fidélité, d’engagement ou encore de projet en commun. In fine, dans une France 2030 qui est l’horizon proposé par le Président Macron, pouvons-nous encore faire du business dénué d’éthique, de sens, de redevabilité envers la société dans un pays développé comme la France ?

Reply