Poutine serait-il la solution pour Madagascar ?

Fin Octobre, un événement africain a eu lieu du côté de l’Europe de l’Est. Il ne s’agissait ni d’une révolution, ni d’une nouvelle vague bolchévique[1], mais d’un sommet organisé par Vladimir Poutine en présence quasiment de tous les chefs d’Etat africains. Le Président russe a, par cette action, redéfini les relations avec le continent africain en organisant ce premier sommet Russie-Afrique, le 23 et 24 Octobre, à Sotchi. Conscient que l’ex-puissance soviétique a un rôle à jouer en matière de sécurité en premier lieu, dans un continent qui regorge de déstabilisations internes voire d’ingérence, sans oublier la question prégnante du terrorisme qui vise plusieurs régions – en premier lieu le sahel –  où le savoir russe agrégé à son arsenal militaire a de quoi attiser des convoitises. Il y a des propos qui ont été prêtés à tort à Vladimir Poutine[2] en 2018 où il aurait jeté l’opprobre sur les élites africaines et leurs comportements apatrides. Cette fake news a eu le mérite de rappeler que les axes de développement choisis par une majorité de chefs d’Etat africains manquent de diversités.

Maghreb: le pari de Poutine

Madagascar ne déroge pas au manque de diversifications des partenariats. Comme ses pays fraternels du continent, Il y était parmi les 42 autres Etats africains représentés et conviés à cette assemblée extraordinaire. La Russie a donc profité de ce premier sommet de cette nature pour annoncer une augmentation sensible de ses investissements. La Russie, ayant pris du retard dans son influence en Afrique, se limitant à la période post- indépendance, où la construction des relations commerciales Afro-russes s’est peu diversifiée privilégiant uniquement les pays du Maghreb avec en tête l’Egypte et l’Algérie, et sur le reste du continent, la présence russe est mineure comparée à d’autres puissances comme la Chine ou l’Inde.

La clé pour les îles Malgaches de l’Océan Indien

Madagascar souffre également de ce manque de pluralisme dans sa diplomatie politique et économique. L’axe sino-russe est une arme redoutable en géopolitique car elle a le mérite de faire peur et dans un contexte « froid » avec la France, lié au sujet des îles malgaches de l’Océan Indien, l’exposition du Kremlin arrive à point nommé. Madagascar souffrirait de l’absence d’une armée capable de protéger ses côtes maritimes pour paraphraser des discours soutenus par l’ex-puissance coloniale, la Russie a de quoi faire dans ce domaine. Andry Rajoelina doit discuter avec tout le monde. Dans ce monde, riche en diversité, la Russie est un joker redoutable

Le Président de la République de Madagascar, Andry RAJOELINA, en compagnie du Président de la Fédération de Russie, Vladmir POUTINE.
Le Président RAJOELINA à Sotchi lors du Sommet Russie-Afrique

Gregory SILENY, Editorialiste.

[1] Révolution bolchevique, est la deuxième phase de la révolution russe après la révolution de Février, et a eu lieu dans la nuit du 25 octobre 1917

[2] Poutine aurait tenu les propos suivants, jamais authentifié mais relayé par le site AlterInfo : «Quand un président Africain, un général africain ou un entrepreneur africain devient riche, il envoie son argent et son or en Suisse. Il se rend en France pour un traitement médical.
Il investit en Allemagne. Il achète à Dubaï. Il consomme des produits chinois… »


La rédaction vous conseille :

→ Le bouillonnant patriotisme malagasy

[mo-optin-form id=2]

Reply