Océan Indien : île de la Réunion, un « pays » à (re)découvrir ou conquérir ?

L’île de la Réunion revête un rôle dynamique dans la région de l’Océan Indien. Son particularisme, né d’une identité africaine inhérente à une partie de sa population en plus de son climat tropical, ajouté à sa dominante européenne et française comme socle de structuration de son économie, fait de cette île un « pays » incontournable.

Dans l’esprit des dirigeants malgaches, et plus globalement dans la région avec Les Comores, les Seychelles et Maurice notamment, il est difficile de concevoir une identité claire autour de La Réunion. Il s’agit à la fois d’un pays à part entière, conformément à la présence d’un Consulat malagasy, de surcroît, l’île de la Réunion n’est séparée que de 980 km de Madagascar, mais La Réunion reste également grâce à son statut, un territoire français qui bénéficie des financements européens. Autant de préséances qui ont participé de près ou de loin aux échanges commerciaux limités entre les 2 pays. En 2016, selon une étude menée par l’Ambassade de France à Madagascar, seulement 4 % des échanges commerciaux réunionnais étaient réalisés entre les pays de l’Océan Indien et l’Île de la Réunion. Pis encore, La Réunion recourt à hauteur de 1,1 % de ses importations totales auprès de Madagascar pour un montant relativement indigent, soit 13,5 millions de dollars. Les exportations réunionnaises demeurent cependant importantes puisque Madagascar est considéré comme le 3ᵉ client de l’île française.

Un exemple de réussite et un marché à gagner

Si les réunionnais convoitent le marché malagasy avec le rôle influent, joué par le Club export Réunion qui rassemble 30 entreprises locales, sachant que 150 entreprises se targuent d’être présentes sur le territoire malagasy. À l’inverse, les entreprises malgaches pénètrent difficilement le marché réunionnais. Théoriquement, les entreprises malgaches ont tout intérêt à intégrer ce marché, et pour cause, un pouvoir d’achat conséquent existe, comparé au marché malagasy, et la proximité géographique et culturelle sont autant d’atouts qui attisent un intérêt réciproque.  Les réunionnais sont en train de redynamiser et diversifier leur économie, au sortir de la crise sanitaire. Le phénomène d’uberisation, l’évolution de la consommation, les nouvelles technologies via le numérique participent à une nouvelle émergence d’entreprises. Toutes ces initiatives participent à nourrir une nouvelle inspiration dans cette partie de la France et si proche de nos réalités quotidiennes.

Reply