Site icon Madagascar Media

Madagascar : Comment briser le mythe de Sisyphe ?

Madagascar : Comment briser le mythe de Sisyphe ?

Pour Madagascar, ces cinquantes dernières années ont été marquées par un éternel recommencement, comme à l’image du désespéré Sisyphe de la mythologie Grecque. Après chaque changement de gouvernant, on brûle, on pille, on ravage et on recommence, on reconstruit, on bâtit, et ainsi de suite, mais à chaque fois, la chute entraîne toujours le pays un peu plus bas. Les politiques successifs ont gangrené la vie sociale et économique des Malagasy sous l’emprise d’une spirale sans fin d’ascension et de dégringolade. On touche à peine à l’espoir d’un progrès social qu’aussitôt il disparaît comme la brume au lever du soleil. Est-il temps d’apprendre de nos erreurs et de nos errements pour enfin avancer vers la véritable émergence ? Comment briser le rocher du mythe de Sisyphe Malagasy ? 

Un destin commun

Changement de vision, contrairement à ce qu’il avait déclaré en 2019, quand il était président de la transition, Rajoelina parlait de la nécessité de 4 mandats présidentiels au lieu d’un seul pour reconstruire le pays. Mais il n’a pas tort dans le fond malgré la forme plutôt maladroite. Madagascar a besoin d’une continuité de l’État, Quel que soit le parti politique qui arriverait au pouvoir. Poursuivre le progrès installé ou initié est un accord tacite à ancrer dans les pratiques politiques Malagasy. Tout défaire après chaque élection présidentielle est une stratégie autodestructrice sur le court et le long terme. Malgré les divergences politiques, les forces vives du pays devraient apprendre à considérer l’intérêt supérieur de la Nation et du peuple. Une telle attitude de progrès va au-delà des frontières des partis politiques. Il s’agit de mettre en œuvre une nouvelle culture politique, celle de faire progresser le pays sur le long terme, et cela, sans considération de succession de mandats politiques. Cela revient à dire que dans son ensemble, dans le temps, tout le monde est coresponsable, de prendre en main un destin commun. 

Apprendre de l’Histoire du pays

Les politiques devraient être capables d’apprendre de l’Histoire du pays. Apprendre comment devenir des vrais moteurs de progrès, de créativité, de continuité, et d’imagination sur comment briser le rocher du mythe de Sisyphe Malagasy et continuer l’ascension vers le progrès. Avec le respect que l’on devrait donner aux politiques, poursuivre les actions d’un prédécesseur n’est en aucun cas une faiblesse, mais une forme de grandeur, pour donner l’avantage au plus grand nombre, au peuple. Pour donner naissance à quelque chose de plus grand, de plus impactant, dans le temps et dans l’espace. Le progrès du pays deviendrait donc une stratégie commune. Quand les politiques auront compris cela, l’ascension du pays pourra vraiment commencer. 

Quitter la version mobile