Madagascar Media
Economie

L’Afrique avait déjà été touchée par le « Coronavirus »

L’Occident s’attend à vivre une seconde crise, cette fois-ci, sur le plan économique. Le modèle néo-libéral qui vantait le travail des Indépendants, promouvait l’accès à la propriété pour tous, accordait le crédit généralisé, va vivre aujourd’hui un deuxième effet de ladite crise sanitaire.

Si l’occident n’était pas habitué à gérer des impondérables de cette nature, affronter une adversité capable d’ébranler tout un système économique et social, c’est pourtant le lot quotidien des pays africains. Les experts ont toujours livré des constats cinglants à l’égard de l’Afrique. Impréparation, manque d’anticipation et de vision, aucune projection et absence de solutions alternatives. Une résultante qui a provoqué les plus grandes alertes dans l’épreuve qui attendait le continent face au Coronavirus, après avoir miné le vieux Continent et les États-Unis. Mais, c’était presque oublier que l’Afrique a déjà été touchée par le Coronavirus. Nos « Coronavirus » s’appellent Ebola, le Sida, les crises climatiques et catastrophes surnaturelles, le paludisme, la lèpre, la guerre civile, le terrorisme, l’ingérence. Des plaies qui ont structurellement participé à la destruction de nos États.

Première pour l’Afrique

Si le coronavirus, le vrai, celui qui déstabilise les États du G20 au BRICS, en passant par les pays développés, les pays émergents, les pays pétroliers, l’Afrique quant à elle préserve sa place au premier rang, comme le continent le moins affecté par le Covid-19. 20 décès au Congo-Brazzaville, 53 décès au Burkina Faso, 6 décès à Madagascar, aucun décès en Namibie, au total, nous comptons 4356 décès sur l’ensemble du continent. Les dirigeants africains ne sont pas étrangers à ces résultats probants y compris les pays structurellement fragiles. Pour une fois, les chefs d’État ont fait preuve de réactivité, en prenant très au sérieux la menace pandémique. En ne tombant pas dans un défaitisme mais avec une volonté de ne pas abandonner leurs populations, ils ont mis en exergue un autre visage. Même les États où ne règne pas un esprit de démocratie. Enfin, d’autres ont tiré leur épingle du jeu en usant d’ingéniosité, avec Madagascar qui montre ainsi une autre voie pour l’Afrique. Qui plus est, il ne s’agit ni d’un pays du Maghreb, ni un micro-Etat comme le Botswana, le Cap-Vert, Maurice, ni une puissance continentale comme l’Afrique du Sud, mais bien de Madagascar. Bien que l’île figure encore dans les profondeurs du classement, elle a joué son va-tout en aspirant légitimement à une réminiscence de son passé glorieux.  Cette situation sans précédent démontre aux incrédules que rien n’est impossible même pour l’Union Africaine ayant la population la plus jeune des six continents.

newsletter

Enregistrez-vous pour recevoir les dernières publications ou vidéos de Madagascar Media

Adresse e-mail non valide
Madagascar Media s'engage à ne pas partager vos données

Rejoignez la discussion