Madagascar Media
Relations internationales

Iles Éparses : quelle issue, un an après

Par Gilles SOFIER, Éditorialiste.


Un an après l’annonce d’Andry Rajoelina sur le désir ardent d’une restitution des îles malgaches, le dossier semble en stand-by. Rattrapée par l’actualité internationale, la crise sanitaire inhérente au Covid-19 n’a pas seulement bouleversé les politiques nationales, puisque l’agenda diplomatique a tout autant été perturbé.

Presque un an après, Madagascar n’a pas encore pu mettre la main sur ses 4 îles appartenant à sa zone économique exclusive, en cause la crise internationale sanitaire qui a bouleversé les agendas diplomatiques. Si Emmanuel Macron a fait montre de « fermeté » quant aux positions françaises s’agissant du devenir des îles Juan de Nova, Europa, Bassas da India et les îles glorieuses, certains observateurs y voyaient une crispation dans les relations bilatérales entre les deux pays amis.  La Covid-19 s’est ingérée dans la relation diplomatique entre les chancelleries puisque le soutien de la France par le biais de dons de matériels médicaux vient démontrer encore les liens historiques entre l’Élysée et Iavoloha. Les aides internationales accordées par l’AFD s’inscrivent aussi sur le traitement distinct des dossiers indépendamment de la divergence territoriale. La population malgache est aussi moins préoccupée par cette question de souveraineté avec la réapparition du coronavirus sur les terres malgaches, du côté de la région d’Analamanga.   

Le Président français, fragilisé sur le plan intérieur ?

Le scrutin final des Municipales françaises a assurément fragilisé Emmanuel Macron. Une situation qui vient aussi inéluctablement redéfinir les priorités de l’Élysée dans une optique de potentielle candidature à la prochaine présidentielle. Une échéance politique qui se rapproche à grand pas. Le remaniement à la primature et du gouvernement avec la nomination de Jean Castex ne sont que la résultante de toute cette réflexion politique pensée par la garde rapprochée du Président français. Dans un tel contexte, Madagascar doit aussi remettre les négociations au cœur de la relation diplomatique. Si Madagascar en fait un point d’honneur, ce dossier épineux est une avant-garde de la politique malgache en faveur des générations futures. Les réserves gazières, situées dans le canal du Mozambique sont pharaoniques de quoi assurer une sérénité et une politique d’autosuffisance sur le plan énergétique et financier. Un rappel pour prévenir que nous ne sommes pas uniquement dans la problématique de souveraineté, mais bien dans la prospective économique.

newsletter

Enregistrez-vous pour recevoir les dernières publications ou vidéos de Madagascar Media

Adresse e-mail non valide
Madagascar Media s'engage à ne pas partager vos données

Rejoignez la discussion